Un peu d’histoire

Démocratisé dans les années 2000, le mobilier en carton trouve ses origines dans les techniques japonaises ancestrales de l’origami. La technique s’exporte en Europe dès la première moitié du 19éme siècle. A l’époque, les fabricants de mobilier, français, allemands, mais surtout anglais, trouvent avec le carton ou le papier mâché, le moyen de produire des petits meubles en série à moindre coût. Les finitions laquées, aux tonalités sombres, garantissent résistance et élégance aux créations qui trouvent rapidement écho auprès du public. Vingt ans plus tard, la vague néo-rococo leur ajoute dorures, passementeries et ornements.


Le meuble en carton tombe ensuite en désuétude pour réapparaître dans les années 30 dans les programmes d’enseignement des Beaux Arts.

A la fin des années 60, l’architecte d’intérieur anglais Bernard Holdaway se réapproprie la technique pour concevoir une gamme de meubles constitués de tubes de carton recouverts d’une peinture polyuréthane particulièrement résistante. Colorée et robuste; la collection Tomotom fait son entrée dans les écoles maternelles et s’expose au Centre d’esthétique industrielle de Londres.

D’autres designers, parmi lesquels Frank O. Gehry ou Olivier Leblois, font franchir un nouveau cap à la “cartonisterie” en utilisant du carton d’emballage. Olivier Leblois est notamment l’auteur du désormais mythique fauteuil T.4.1, diffusé à 150 000 exemplaires et intégré aux collections permanentes de nombreux musées à travers le monde.

Traversant les époques, le mobilier en carton conjugue depuis toujours tradition, liberté et modernité. L’engouement croissant pour le développement durable .ouvre aujourd’hui une nouvelle page de son histoire… à laquelle Espace Carton entend bien participer !